Retour

Nos bénévoles

Témoignage de Sandrine, bénévole à Paris

Découvrez le parcours de Sandrine avec Kodiko

Sandrine Lestoquoy est une bénévole très investie chez Kodiko, avec plusieurs missions à son actif et notamment celle de Konnectrice. En tant que dirigeante de Terre de Com, agence de communication dédiée à la construction, habitat et développement durable, elle met également à profit ses compétences et son réseau professionnel pour accompagner le développement de Kodiko, que ce soit pour la production du rapport d’activité ou pour la recherche de partenaires.


Elle nous raconte la raison de son engagement, partage son expérience et quelques conseils pour de futurs bénévoles.



Un besoin de s’engager pour les personnes réfugiées


“J’ai choisi de m'investir chez Kodiko parce que je cherchais une association de bénévolat avec les réfugiés. C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur." 


Pour Sandrine, les deux plus grands enjeux du monde actuel sont le développement durable et l’accueil de la diversité. 


“Par principe d’humanité, de solidarité, je trouve logique que l’on soit capable d’accueillir des personnes étrangères en difficulté. Je suis honteuse de la manière dont on accueille les personnes réfugiées. Cela me paraît vraiment important de m’engager pour essayer de contribuer un tout petit peu à un meilleur accueil.”


Pour elle, ce sont les déplacements de personnes, qui existent depuis toujours, qui font la richesse des civilisations aujourd’hui. 


“Ces mouvements-là ne vont pas s’arrêter, mais plutôt s’intensifier, pour des raisons environnementales notamment. Je crois que l’on a intérêt à accueillir ces personnes le mieux possible.”



Sa rencontre avec Kodiko et son rôle de Konnectrice


Compte tenu de ses valeurs, il était naturel pour Sandrine de faire du bénévolat auprès de personnes réfugiées. C’est ainsi qu’elle a commencé à s’engager avec Kodiko, en 2019. 

Elle a démarré en participant aux ateliers et est maintenant Konnectrice depuis les promos #9 parisiennes !


“J’ai participé à deux promotions en tant que Konnectrice. J’ai donc accompagné 6 binômes, tous très diversifiés. Ce qui est intéressant c’est que on voit de nombreux parcours, ça permet donc de prendre du recul. On peut voir comment la relation entre deux personnes se crée et s’articule. Et il n’y a pas deux binômes qui se ressemblent. Certains binômes n’ont pas besoin de Konnecteur, ce qui peut-être déstabilisant au début. Parfois au contraire, on doit intervenir plus. Tout l’enjeu, c’est de trouver sa place.”
En résumé, Sandrine décrit le rôle de Konnecteur comme : “celui d’une petite souris, qui doit se transformer potentiellement en pompier si besoin !”



Ses conseils pour être Konnecteur ou Konnectrice


  • Être très à l’écoute


  • Essayer de bien comprendre les besoins et les points faibles des deux membres du binôme. Il ne faut pas oublier que l’on est là aussi pour l’accompagnateur. Il faut s’assurer qu’il a bien compris les besoins de la personne réfugiée 


  • Être adaptable à toutes les situations et à toutes les personnalités


  • Savoir gérer son égo, car cela peut être déstabilisant lorsqu’on fait face à un binôme qui n’a pas besoin de Konnecteur ou de Konnectrice



Sandrine a gardé contact avec quelques unes des personnes qu’elle a accompagnées, notamment Ghulam, un participant réfugié


“Ce fut une très belle rencontre. Il est sorti de manière très positive du programme. En effet, il a trouvé l’école de ses rêves et il va être alternant chez Vinci. On reste en contact car il a une problématique de logement qui reste en suspens mais qui devrait se régler avec son contrat d’alternance. Lucile, son accompagnatrice, est aussi encore là pour l’aider, même après la fin de l’accompagnement.”



Malgré la distance imposée par la crise sanitaire, Sandrine a vécu des moments marquants chez Kodiko


“Il y a deux moments qui ont été vraiment chouettes : quand Ghulam est venu me voir pour la première fois au travail, il est arrivé avec des spécialités de son pays (il vient d’Afghanistan). 
L’autre moment que j’ai beaucoup aimé, ça a été l’atelier médiation de Rima [une autre bénévole chez Kodiko]. J’y ai appris plein de choses et je le recommande vraiment.” 



Pour finir, Sandrine est revenue sur ce que Kodiko lui apporte


“Chez Kodiko, on fait beaucoup de belles rencontres, que ce soit des personnes réfugiées, des accompagnateurs, des membres de l’équipe, ou bien d’autres bénévoles et Konnecteurs. 
C’est un programme vraiment concret, donc ça m’apporte l’impression qu’on fait modestement avancer les choses pour certains réfugiés. Redonner le sourire à une personne qui a perdu le sourire ça fait du bien.
J’ai aussi appris beaucoup de choses sur les différences et sur les ressemblances que l’on peut avoir avec autrui, et sur le parcours d’une personne réfugiée.”

Dans la même catégorie, découvrez aussi le témoignage de Corinne, Konnectrice à Tours.

Sophie, salariée accompagnatrice Strasbourg

October 20, 2021

Témoignage de Nathalie, salariée accompagnatrice à Strasbourg

May 7, 2021

Témoignage de Clotilde, salariée accompagnatrice

April 27, 2021