Nos binômes

Le parcours Oser pour les femmes réfugiées - L’exemple du binôme Néné et Elkansaa entre Kodiko et SUEZ

Le parcours Oser pour répondre aux problématiques spécifiques des femmes réfugiées.

Les chiffres sont là : plus de 54 000 personnes en âge de travailler ont obtenu l’asile en France en 2021. Fin 2020, 41,3 % étaient des femmes (OFII). 

Un constat partagé chez Kodiko, puisqu’en 2019 les femmes représentaient 18 % des personnes accompagnées, en 2021 elles étaient 40 %

De nombreux freins d’accès à l’emploi… 

Est apparue alors la volonté de proposer un accompagnement adapté à ces femmes réfugiées qui font face à des freins supplémentaires dans leur insertion sociale et professionnelle. Au même titre que toutes les personnes réfugiées en France, elles connaissent mal le monde du travail et manquent de reconnaissance dans leurs compétences et qualifications. À cela s’ajoute un fort déclassement, le manque de confiance en soi et l’autocensure, l’orientation vers des secteurs précaires, le besoin de soutien psychologique et de solutions de garde d’enfants, de nombreux freins qui les éloignent d’une reconstruction professionnelle. 

Face à ces observations, Kodiko a travaillé à leur proposer un programme adapté aux femmes réfugiées, en gardant l’axe principal de l’accompagnement collectif et individuel (outils et ateliers sur la recherche d’emploi, mise en relation avec des salarié-es) et en y ajoutant un parcours spécifique axé sur la confiance en soi

… et le parcours Oser pour y répondre

L’ambition derrière le parcours Oser est de proposer des ateliers et activités aux participantes afin d’encourager leur confiance en elles, leur estime de soi et de créer des liens et de l’entraide entre toutes ces femmes. Les activités proposées sont des sessions de coaching collectif, des groupes de parole et des activités culturelles et sociales créatrices de liens pour lesquelles nous faisons appel à d’autres associations spécialisées (comme Migration Santé) ainsi qu’à des coachs certifiées. 

« Il y a des femmes qui sont plus à l’aise entre femmes, plutôt qu’en groupe mixte, pour que les choses se passent plus facilement. Ça dépend des cultures, ça peut aider les femmes à s’intégrer plus facilement. » — Participante Kodiko pendant la promotion 12 à Paris

Enfin, la problématique de la garde d’enfant est un enjeu majeur pour l’insertion professionnelle des femmes, puisqu’elles sont majoritairement garantes de cette question. Chez Kodiko, nous veillons donc à leur proposer une solution de garde pour qu’elles puissent participer aux activités en se libérant de cette charge mentale et par la suite qu’elles puissent être libres pour débuter leur activité professionnelle.

Néné et Elkhansaa, un binôme entre Kodiko et Suez 

SUEZ et sa Fondation, notre partenaire depuis 2021, nous accompagnent sur ce projet, en lien avec l’engagement pris dans le programme TENT partnership for refugees (une ONG qui mobilise des entreprises pour l’insertion des personnes réfugiées avec un réseau de plus de 250 entreprises à travers le monde). Début 2022, ce sont donc 5 binômes féminins qui ont été formés entre Kodiko et SUEZ. 

Comme le binôme Néné et Elkhansaa. Pendant 5 mois, elles se sont régulièrement retrouvées pour travailler sur le projet de Néné : devenir aide-soignante. CV, lettre de motivation, dossiers de candidature… Un travail qui a porté ses fruits puisque Néné vient de faire sa rentrée pour une formation d’aide soignante. Il ne lui manque plus que de trouver une entreprise pour son contrat d’alternance, ce pour quoi Elkhansaa continue de l’accompagner. Au-delà de la dimension professionnelle, elles ont pu développer une réelle relation amicale “comme une soeur”. Cette entente et cette compréhension ont sans aucun doute facilité leurs échanges. L’entièreté de leur témoignage à découvrir en vidéo, juste ici :